Qu’est-ce qu’un…

Psychanalyste

Un psychanalyste a fait lui-même une psychanalyse (souvent plus de dix ans). Il est formé à la théorie analytique et fait partie d’une école ou d’une association de psychanalystes avec qui il travaille tout au long de son exercice sur les textes et les concepts psychanalytiques.  

L’analyse effectuée sur lui-même, ayant mis au jour dans un second temps son désir de devenir psychanalyste (on va rarement faire une psychanalyse d’emblée pour devenir psychanalyste), lui confère une écoute et une position éthique qui sont particulières et intrinsèques à la psychanalyse. 

Le psychanalyste accueille chacun « là où il en est » ; il n’a pas de « programme » à proposer, il ne cherche pas à rééduquer ni à normaliser la personne qui fait appel à lui. Au contraire, il s’agit pour lui de prêter son écoute pour permettre, à la personne qui s’adresse à lui, de comprendre dans sa singularité ce qui lui arrive. 

Le titre de psychanalyste ne correspond pas à un diplôme d’état. Les psychanalystes ont d’ailleurs lutté pour que la psychanalyse n’entre pas dans l’article 52 de la loi du 9 aout 2004 règlementant le titre de psychothérapeute. 

Psychothérapeute

Le psychothérapeute pratique la psychothérapie selon la méthode pour laquelle il s’est formé.

Il existe plusieurs catégories de psychothérapeutes selon des courants souvent importés des Etats-Unis qui ne prennent pas en compte la dimension inconsciente dans le psychisme. Il est alors question d’adaptation à l’environnement, de modification de stratégie, de « renforcement », de conditionnement, de « reprogrammation » ou « déprogrammation » de comportement, de suggestion, etc. 

Un psychothérapeute applique un programme établi selon la demande du client, programme qu’il réévalue au fur et à mesure du traitement.

L’usage du titre de « psychothérapeute » est réglementé et réservé aux professionnels de santé inscrits au registre national des psychothérapeutes, aux titulaires d’un diplôme de docteur en médecine ou d’un diplôme de psychologue clinicien. 

Il n’est pas nécessaire d’avoir fait une psychanalyse pour être psychothérapeute, la formation, inscrite au Journal Officiel est de deux ans après le master de psychologie ou de psychanalyse. Certaines psychothérapies peuvent être dites « analytiques », s’inspirant des théories psychanalytiques. 

Le diplôme de psychothérapeute est à différencier du « titre » de thérapeute qui n’est pas reconnu par un diplôme d’état.

Psychologue

Le psychologue a suivi une formation universitaire certifiée par un diplôme d’état.

Il a fait des études théoriques de psychologie, des travaux de recherche et des stages sur le terrain.

Un psychologue clinicien a les compétences et les diplômes requis pour faire passer des tests psychologiques,  pratiquer la psychothérapie et il a l’usage légal du titre de « psychothérapeute ». 

Il n’est pas nécessaire d’avoir fait une psychanalyse pour être psychologue. Cependant,  historiquement, beaucoup de psychologues qui avaient choisi la psychologie clinique, faisaient une psychanalyse. La spécificité de leur formation s’appuyant alors sur la théorie de l’inconscient. 

La formation des psychologues cliniciens est pourtant de plus en plus orientée vers les neurosciences, remettant en question l’existence de l’inconscient. 

Psychiatre

Le psychiatre (ou médecin-psychiatre) est un médecin qui s’est spécialisé au cours de ses études universitaires dans les maladies mentales. Comme tout médecin il administre un traitement médicamenteux après avoir fait un diagnostic.

Certains psychiatres ont fait une psychanalyse. S’ils deviennent psychanalystes, ils cessent la plupart du temps de prescrire des traitements. D’autres scindent leur exercice professionnel en deux : ils reçoivent certains patients pour exercer en tant que psychanalyste (ils ne leur prescrivent alors pas de traitement, s’appuyant sur le travail d’analyse) ; ils en reçoivent d’autres en tant que psychiatre prescripteurs et ne pratiquent pas l’analyse avec eux. 

Un psychiatre peut orienter un patient vers un collègue psychanalyste, le traitement servant de béquille pour permettre au patient de faire une analyse si sa demande est de comprendre ce qui lui arrive.